l'importance de se fixer des objectifs

Pour illustrer l'importance de se fixer des objectifs, une étude intéressante a été conduite à l’université de Harvard, auprès des diplômés.

D’après le résultat :

·        84% des étudiants n’avaient aucun objectif spécifique pour leur carrière

·        13% avaient des objectifs plutôt vagues (non formulés expressément par écrit)

·        3% par contre avaient des objectifs clairs, précis, écrits et un plan d’action pour accomplir ces objectifs

10 ans plus tard, une deuxième étude a été menée auprès de ces désormais ex-étudiants de Harvard :

·        Les 13% qui avaient des objectifs vagues gagnaient en moyenne 2 fois plus que les 84% qui n’avaient pas d’objectifs du tout

·        Mais les 3% qui avaient des objectifs précis gagnaient par contre beaucoup plus que les 97% réunis

La plupart de ceux faisant partie des 3% avaient créé leurs propres entreprises, les 13% étaient souvent les CEO d’entreprises ne leur appartenant pas et les 84% restant étaient plutôt des cadres supérieurs.

Cela nous démontre l’importance de se fixer des objectifs pour sa carrière et sa vie en général, avant même d’obtenir son diplôme.

J’aurais aimé avoir accès aux résultats de cette étude lorsque j’étais encore étudiant.

Ancien élève des classes préparatoires aux grandes écoles d’ingénieur (Maths Sup, Maths Spé), puis élève-ingénieur à l’ENSIIE de Paris, j’ai été bercé par les discours qu’on nous servait. C’était des discours du genre :

« Vous êtes l’élite de la nation »

« Votre avenir professionnel est assuré »

« Les entreprises se bousculeront pour vous recruter dès l’obtention du diplôme, et quelque fois même avant »

« Chaque nouveau diplômé d’une grande école d’ingénieur reçoit en moyenne X nombre d’offres d’emploi »

« Le salaire moyen d’un ingénieur informaticien débutant est de 180 000 Frs annuels (à peu près 27 480 euros) »

J’étais en plus dans un cursus très porteur : ingénieur informaticien (généraliste).

Personne ne m’a appris en ce moment-là l’importance de se fixer des objectifs.

Je me disais simplement qu’une carrière brillante était ouverte devant moi, je pensais que les plus grands efforts étaient ceux que je faisais à l’école.

Je n’avais pas entendu parler de notions telles que l’intelligence émotionnelle.

Une fois mon diplôme en poche en 1991, je dois faire face à un marché de l’emploi qui s’était contracté. Il y’avait une mini crise de l’emploi à l’époque.

Mon insertion professionnelle n’a pas été aussi facile, mais au bout de 3 mois environ, j’ai quand même décroché un emploi super intéressant, dans une société de services informatiques spécialisée dans le dépouillement et l’analyse d’études de marché.

C’était un travail très passionnant, très varié car les études de marché portaient sur des domaines aussi divers que les sondages politiques, les habitudes des consommateurs, la mesure de satisfaction des clients chez les concessionnaires automobiles.

Il faut dire que je suis venu à l’informatique par hasard, ayant surtout développé une véritable passion pour les mathématiques. J’ai choisi le métier d’ingénieur informaticien par passion pour les mathématiques. Je me suis dit que c’est là ou l’utilisation des mathématiques était le plus poussées.

J’avais fait des stages d’étude à la fin de chaque année (le premier dans une société de service spécialisée dans la personnalisation de progiciels de gestion, le deuxième dans le domaine de la manufacture, que je n’ai pas trop aimé, le troisième à la direction de la recherche et de l’innovation d’une grande banque française de l’époque, le CCF, pour créer un modèle de prévision d’indices boursiers internationaux en fonction de certaines variables macroéconomiques et de l’historique des mêmes indices).

Tout cela pour montrer le vaste champ d’application dans lequel peut opérer un ingénieur informaticien : une société de services informatiques, une manufacture, une banque et bien d’autres que je n’ai pas expérimenté moi-même.

Il y’a de nombreux autres détails de mon expérience professionnelle qui vous seront fort utiles pour votre propre insertion dans la vie professionnelle.

Je les partagerai avec vous au fur et à mesure, car il y’a beaucoup à dire.

Pour ceux qui auraient des questions ou commentaires, n’hésitez pas à nous contacter à travers ce formulaire