Témoignage de Camille

"Réapprendre à vivre"


C´est moi:

Bonjour, je m'appelle Camille de 59 ans, et je suis maman de 3 garçons, et mamie d'une petite fille de 8 ans et d'un petit garçon de 8 mois.

Ma situation :
Je suis diabétique dépendant d'insuline depuis bientôt 25 ans, et depuis Décembre dernier j'ai été amputée du pied droit en dessous du genou.

Cela a pris un peu de temps pour découvrir ma maladie, car je traversais une dure épreuve : Mon mari nous a abandonnés, mes enfants et moi. C'est lorsque j'ai fait une dépression qu´on a découvert que j'avais le diabète.




Je suis devenue diabétique à l'âge de 38 ans et  j'ai pris ma retraite.

Les difficultés :
Ma vie de chaque jour, c'est l’injection d'insuline matin, midi et soir. Au début, c'était très difficile,
je me suis laissée aller sans prendre soin de moi physiquement. Ma vie n'était plus la même. Il fallait changer ma façon de manger, être vigilant sur toutes choses, faire des exercices pour garder la forme, emporter toujours un petit encas quand on sort, car vous pouvez subitement
vous retrouver en situation d’hypoglycémie ou d’hyperglycémie. Mais avec le temps, j'ai appris
à vérifier ma glycémie avant de sortir.

Le contact des autres avec la maladie:
C´est agaçant quand vous êtes parmi des gens et qu'ils parlent des gens malades comme s’il s’agissait d’une banalité pour eux.  En ces moments, ça fait mal et si jamais ils découvrent que vous êtes malade, ils disent alors "Nous sommes désolés, votre vie ne doit pas êtes facile".

Qui (ou quoi) m´aide à surmonter les difficultés/les douleurs :
Personne, mais mes enfants sont assez présents. Ils passent me voir tous les jours. Ma maman vit avec moi. Comme j'ai une prothèse, je me débrouille par moi même et ça m'aide à me sentir comme une personne normale.Ce n'est pas évident, mais presque tous les diabétiques sont sujets aux douleurs, ça fait partie du quotidien, mais on apprend à vivre avec. Je prends des calmants.


Mes souhaites par rapport aux autres :
Je souhaite qu´ils arrivent à comprendre que la maladie ne choisit pas, elle touche tout le monde ; ça peut arriver n'importe quand et à n'importe qui. Personne n'est à l'abri. Votre vie peut basculer du jour au lendemain.

Mon message au grand public qui ne connaît pas le diabète :
Soyez vigilants. Ne jugez pas les gens sans connaître leur vécu et ne pensez jamais qu´on attrape cette maladie à force de  manger sucrée.      Au contraire, c’est lorsque vous avez déjà le diabète qu'il faut éviter les trucs sucrées. Il y a toujours un truc qui déclenche cette maladie. Pour moi, ça a été le stress de mes problèmes de couple et de dépression.

Mon message aux personnes qui sont dans une situation pareille à la mienne :
Je vous prie d’accepter rapidement votre maladie car tant que vous refusez de le faire, vous n'aurez pas une vie normale, vous serez malheureux ,irrité et vos proches vont s'éloigner de vous.   Acceptez le changement qu'il y aura dans votre vie et vous allez réapprendre à vivre !
Je ne vous dis pas que ce sera comme avant la maladie, mais essayez et vous verrez. Aujourd'hui moi je peux vous dire, que je suis heureuse avec l'amour de mes proches. Je vis ma vie, je sors même, étant une diabétique, amputée d'un pied, de surcroît.



Mais pour moi, ce n´est pas seulement la maladie que me définit:

J'ai plein de passions. Ce que j'adore le plus, c'est cuisiner, faire des petit plats pour faire plaisir à mes enfants et petit enfants, mais j'adore aussi faire de la pâtisserie. J'aime aussi marcher, nager, regarder la télé, aller au restaurant et passer des moments avec mes petits enfants que j'adore.



*Le texte a été adapté pour une meilleure compréhension